DE FUTURS PRÉPOSÉS NOUS RACONTENT LEUR CHEMINEMENT
07 Septembre 2020

{DE FUTURS PRÉPOSÉS NOUS RACONTENT LEUR CHEMINEMENT}

La pandémie de la Covid-19 a mis en lumière les besoins criants de main-d’œuvre dans les CHSLD. Pour solutionner le problème et intéresser davantage de gens à la formation, le gouvernement du Québec a mis sur pied une nouvelle formation accélérée en Soutien aux soins d’assistance en établissement de soins de longue durée (attestation d’études professionnelles). Nous avons rencontré deux élèves de ces premières cohortes.

Christophe Cudon, de Montréal a 31 ans. Christophe a travaillé 11 ans comme serveur. La pandémie et l’arrêt de travail l’ont mené à une remise en question professionnelle. Il était déjà en réflexion lorsque le premier ministre François Legault a invité les Québécois à s’inscrire pour devenir préposés. Il fait partie de la première cohorte et commence actuellement à travailler pour le CIUSS Centre-Sud : « C’est une nouvelle vocation pour moi. Le contact humain a toujours été ma force et ma conjointe me voyait dans le métier ».

J’ai adoré la formation. Le monde médical était nouveau pour moi et au départ, j’étais un peu stressé d’avoir les bons gestes aux bons moments, mais j’ai été bien guidé par mes enseignants et les préposés lors du stage.

Les médias véhiculent souvent une image négative du métier, mais je me suis promis d’attendre et de me faire ma propre opinion, et j’ai découvert un beau métier. J’ai hâte de commencer à travailler! »

Louisa Rayside, 42 ans, de Montréal a étudié en design industriel et a travaillé 15 ans en architecture. En 2018, elle a réalisé un projet de portraits en fin de vie. Depuis un an, elle était dans un processus de réorientation et songeait à un métier en relation d’aide avant de faire partie de la deuxième cohorte de nouveaux préposés : « La formation payée m’a permis de retourner aux études sans avoir à jongler avec un emploi en même temps pour payer les factures, raconte-t-elle ».

La formation a été rapide, mais super bien organisée, avec un accès numérique, des lectures proposées, des cahiers faits expressément pour nous, les enseignants ont fait un super travail.

Nous nous sommes retrouvés rapidement sur le terrain. Le travail exige beaucoup de gestion de temps et des priorités, nous ne pouvons passer que peu de temps avec chaque patient.

Communiquer avec le masque et la visière représente tout un défi, d'autant plus que nous sommes en mode d'apprentissage. J’ai été engagée par le CIUSS où je fais mes stages. Actuellement, tout bouillonne dans ma tête; je pense à me spécialiser en suivant la formation de préposé à domicile en janvier, et peut-être même à poursuivre mes études en soins infirmiers ou en médecine. Les soins palliatifs m’intéressent beaucoup ».

Le travail de préposé aux bénéficiaires

Le préposé aux bénéficiaires donne des soins de base aux patients et veille à leur bien-être en collaboration avec l'équipe du personnel infirmier et des infirmières auxiliaires. Il offre une assistance physique aux patients dans les différentes activités du quotidien au réveil, au moment des repas et au coucher et leur prodige des soins dans le respect de leur dignité et de leur intégrité.

Partenaires et commanditaires majeurs

comQuebeccomCanadacomCnesstcomHydroQccomCCQcomRBC