DERRIÈRE LA RÉUSSITE DE L’ÉLÈVE SE LIT CELLE DES ENSEIGNANTS
04 Octobre 2021

{Derrière la réussite de l’élève se lit celle des enseignants}

Josée Péloquin est directrice de l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal et de l’École des métiers de l’horticulture de Montréal. Ce portrait fait partie de la série Métiers & technologies : les Olympiades sous la loupe développée par Compétences Québec.

Les Olympiades : un premier contact réussi

Josée Péloquin entend parler des Olympiades pour la première fois alors qu’elle exerçait ses fonctions de directrice adjointe à l’École des métiers de l’aérospatiale. Les enseignants parlaient en particulier de la compétition en techniques d’usinage. L’idée était alors de pouvoir tenir des compétitions locales à l’école afin de sélectionner des candidats pour la finale québécoise.

C’est en accompagnant les élèves de son établissement que la directrice adjointe découvrira les Olympiades québécoises des métiers et des technologies. Deux jours de compétition pendant lesquels les meilleurs du Québec mesurent leurs compétences dans plus de 30 disciplines en réalisant des épreuves complexes.

« Je suis arrivée là et j’ai trouvé formidable ce dépassement de soi dans des contextes de travail qui ne sont pas évidents. J’ai également vu la restauration, les métiers de la construction que je connais moins. Cela offre un très bel aperçu des possibilités de choix de carrière au Québec. »
- Josée Péloquin, directrice de l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal et de l’École de l’horticulture de Montréal.

Les Olympiades, qu’est-ce que c’est ?

L’effervescence et la fierté sont les premiers mots qui viennent à l’esprit de Josée Péloquin. L’effervescence d’une compétition qui permet à des centaines d’élèves et d’enseignants, des partenaires gouvernementaux et privés, de se rencontrer.

La fierté, pour un établissement, de voir le travail de ses élèves, celui des enseignants, et de toute la structure pédagogique, s’incarner dans la participation d’un ou plusieurs élèves.

Le sentiment d’appartenance est important rappelle la directrice. Ce sont également les enseignants et les collègues du centre de formation professionnelle qui sont portés à travers cette participation. Une participation qui continue bien souvent au-delà des compétitions québécoises pour se rendre au niveau canadien au sein de l’équipe du Québec, voire à l’international jusqu’au Mondial des métiers.

Saviez-vous que l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal et l’École des métiers de l’horticulture de Montréal ont remporté un total de 22 médailles aux Olympiades québécoises depuis leur première participation? De ce nombre, 18 médailles ont été remportées en technologie de la mode. Dans cette discipline, les candidates ont également décroché 5 médailles d’or aux Olympiades canadiennes et trois médaillons d’excellence au Mondial des métiers.

L’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal peut compter sur des compétiteurs qui ont obtenu d’excellents résultats lors des éditions précédentes, et en particulier en technologie de la mode (voir encadré sur Jozée Dulude, experte aux Olympiades et enseignante en technologie de la mode, ci-dessous). Les succès passés des compétiteurs provoquent une belle émulation et une grande fierté.

Jozée Dulude compte plus de 25 ans d’expérience comme enseignante dans le secteur mode et habillement à l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal. C’est aussi l’experte québécoise avec le plus d’ancienneté. Jozée Dulude agit comme experte lors des compétitions québécoises, canadiennes et au Mondial des métiers depuis 1998. Elle est un modèle pour les élèves, mais également pour les enseignants de l’école. Elle joue un rôle de leader et représente les plus belles valeurs qu’ont à offrir les Olympiades : transmission des connaissances, dépassement de soi, engagement et altruisme. Elle est une véritable leader au sein de l’établissement.

Pourquoi est-ce important de s’investir dans les Olympiades ?

Les Olympiades agrègent des dimensions qui sont vitales pour la formation professionnelle. Par exemple, sous l’angle pédagogique, c’est un formidable outil de persévérance pour valoriser les élèves dans leur choix de formation. Sous un angle promotionnel, c’est un levier de rayonnement important pour faire connaître la formation professionnelle et ses programmes auprès du grand public.

« Cela fait 25 ans que je suis en FP et cela fait 25 ans que l’on dit que les métiers ne sont pas assez valorisés. Les Olympiades répondent à ce besoin de valorisation des métiers, mais également des élèves qui y participent. »
- Josée Péloquin, directrice de l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal et de l’École de l’horticulture de Montréal.

Les Olympiades jouent un rôle de transformation sur le plan humain pour les compétiteurs et permettent autant aux enseignants qu’aux élèves de s’accomplir et de se découvrir. Derrière les compétiteurs, il y a également les parents, la fierté qu’ils ont de voir leurs enfants représenter leur établissement de formation, le Québec ou même leur pays.

Des modèles de réussite

L’une des particularités de l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal est de partager une partie de notre bâtiment avec une école secondaire.  Lorsque les élèves se préparent pour les compétitions provinciales explique la directrice, les entraînements se font dans le hall d’entrée. D’une part, les élèves du secondaire peuvent voir les compétiteurs en action et s’intéresser aux métiers et d’autre part, les compétiteurs s’habituent aux conditions de compétitions avec un public.

Les élèves qui participent aux Olympiades, qu’ils gagnent ou non, sont des modèles de réussite. Cette réussite est attribuable à leurs compétences, mais également à l’enseignement de qualité qui leur a été prodigué.

Merci à Josée Péloquin pour sa disponibilité dans le cadre de cette entrevue.

Partenaires et commanditaires majeurs

comQuebec comCanada comCnesst comHydroQc comCCQ comRBC