DIX QUESTIONS À UN POSEUR DE REVÊTEMENTS SOUPLES
12 Novembre 2021

{Dix questions à un poseur de revêtements souples}

Le métier de poseur (se) de revêtements souples est en pénurie au Québec. L'InforouteFPT s'est entrenu avec Kamen Stavenov, 29 ans, diplômé de l’École des métiers de la construction de Montréal et employé chez les planchers Sol-Innov.

  1. Kamen, en quoi consiste votre travail ?

    Tout d'abord, il faut préparer les surfaces, sabler, nettoyer, poser une couche de ciment puis appliquer la colle; ensuite on installe le revêtement à l’aide de différents outils (coup de genou, tendeur à levier, agrafeuse, couteau, etc.). Tous les jours sont très différents et j’adore mon métier!

  2. Qu’est-ce qu’on entend par revêtements souples ?

    En fait, il s’agit de tous les types de revêtements à l’exception du bois franc et des carreaux de céramiques : vinyle, tapis, tuiles imitant le bois, liège, etc. L’entreprise qui m’emploie évolue surtout dans le secteur commercial et institutionnel : nous installons les revêtements pour les hôpitaux, des entreprises, etc.

  3. Pourquoi avez-vous choisi ce secteur d’activité ?

    Auparavant, j’étais tatoueur, mais j’avais le désir de me réorienter. Je savais que le secteur de la construction offrait de bonnes conditions de travail et que les métiers de ce secteur étaient recherchés.

    J’ai visité l’École des métiers de la construction de Montréal, et je suis tombé en amour avec le métier de poseur de revêtements souples.

  4. Quelle formation permet d’accéder au métier ?

    Le cours Installation de revêtements souples, un DEP de 900 heures que j’ai suivi à temps plein à raison de 40 heures par semaine.

    Cela m’a coûté seulement 300$ de frais et de matériel. Dès la fin de mes études, j’étais sur le marché du travail !

  5. Quels sont les prérequis pour suivre le DEP installation de revêtements souples ?

    Premièrement, il faut avoir obtenu les crédits de 3e secondaire en langue, langue seconde et mathématique.

  6. Quels sont les défis de la formation ?

    Je n’en vois pas en particulier. Effectivement, la formation est bien équilibrée entre les parties théoriques et pratiques. Et cela m'a bien convenu car je n'ai jamais aimé l'école. La formation était dynamique et intéressante à suivre.

  7. Quels sont les employeurs potentiels pour un (e) diplômé dans votre domaine ?

    Les entreprises de pose de revêtements souples ainsi que les entreprises spécialisées en revêtements pour les terrains. Par exemple les terrains de sport synthétiques de soccer, un domaine en essor, pour lequel nous sommes aussi formés.

  8. Quels sont les aspects positifs et négatifs du travail ?

    Le travail est diversifié, intéressant et le taux de placement est excellent. Cependant, l'un des aspects négatifs à noter : c’est un métier difficile pour le corps avec les années, mais il y a moyen d’apprendre à se protéger.

    De plus, j’ajouterais que de nos jours, nous travaillons avec des masques de protection et que les colles sont écologiques, le métier a évolué.

  9. Quelles aptitudes devrait-on posséder pour choisir ce métier ?

    Il faut être minutieux et précis.

  10. À quelle échelle salariale peut-on s’attendre ?

    C’est un métier régi en construction : le salaire de départ est de 23,50$. Puis de 27$ et 38,50$ lorsqu’on grimpe les échelons. Le salaire annuel moyen des apprentis s’élève à 21 200 $ la première année, et les compagnons qui effectuent au moins 500 heures peuvent gagner un salaire annuel de 43 700 $.

Pour en savoir plus :

Page programme du DEP en installation de revêtements souples. Faite une demande d'admission pour le DEP en installation de revêtements souples.

Retrouvez la série 10 questions à...

... Un machiniste !
... Une agente de service correctionnel !
... et bien d'autres sur la rubrique actualités de Compétences Québec.

Partenaires et commanditaires majeurs

comQuebec comCanada comCnesst comHydroQc comCCQ comRBC