DIX QUESTIONS À... UNE INHALOTHÉRAPEUTE
28 Avril 2021

{Dix questions à... une inhalothérapeute}

Stéphanie Gilbert, 26 ans, est inhalothérapeute depuis 2014. Elle travaille à l’Hôpital de Jonquière en soins généraux et en soins critiques. Elle a répondu à nos questions concernant les réalités de sa profession.

1. STÉPHANIE, EN QUOI CONSISTE VOTRE TRAVAIL ?

C’est assez multitâche! Je fournis de l’assistance, du support ventilatoire et de l’enseignement à des patients qui se présentent à l’urgence en difficulté respiratoire; je fournis des soins à des patients chroniques; j’installe des appareils pour aider des patients en détresse respiratoire ou en arrêt cardiaque, parfois plus invasifs; je prépare et j’administre des médicaments et autres substances et j’exerce de la surveillance clinique.

2. POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI CE SECTEUR D’ACTIVITÉ ?

Lorsque j’étais jeune, mon père a subi une opération. Au bloc opératoire, il y avait un inhalothérapeute qui travaillait avec l’anesthésiste et cela a éveillé ma curiosité. C’est un métier méconnu qui n’existe que depuis une centaine d’années, j’y trouvais une certaine audace. J’avais aussi un intérêt pour le domaine de la santé et j’aimais la possibilité d’exercer un métier intéressant dès après le cégep, tout en ayant la possibilité de pousser ma formation par la suite selon mon désir. Pendant la première année de formation, on a la chance de faire des stages d’observation en soin critique et en salle d’opération, on peut voir rapidement si on est fait pour le métier!

3. QUELLES SONT LES FORMATIONS QUI PERMETTENT D’ACCÉDER AU MÉTIER ?

J’ai suivi le cours Techniques d’inhalothérapie au Cégep de Chicoutimi (NDLR Huit cégeps au Québec offrent cette formation). Par la suite, il faut réussir l’examen de notre ordre professionnel avant de pouvoir exercer notre métier.

4. QUELS SONT LES PRÉREQUIS ?

Il faut avoir son diplôme d’études secondaires et avoir réussi les mathématiques de secondaire 4.

5. QUELS SONT LES DÉFIS DE LA FORMATION ?

Les cours théoriques sont échelonnées sur deux ans, alors cela fait beaucoup de matière, il faut être persévérant et motivé. Les cours de pharmacologies exigent beaucoup de mémorisation. La troisième année se passe exclusivement en stages hospitaliers sous la supervision d’un inhalothérapeute.

6. QUELS SONT LES EMPLOYEURS POTENTIELS POUR UN (E) DIPLÔMÉ (E) DANS CE DOMAINE ?

La majorité des diplômés travaillent pour les hôpitaux. Certains vont offrir des soins à domicile, mais l’employeur demeure un CIUSSS. Certains inhalothérapeutes travaillent pour des cliniques privées, par exemple, celles qui offrent l’équipement pour l’apnée du sommeil. Il y a actuellement une grande demande, alors tous les finissants trouvent un emploi.

7. QUELS SONT LES ASPECTS POSITIFS ET NÉGATIFS DU TRAVAIL ?

C’est une profession très gratifiante, on reçoit beaucoup de reconnaissance des patients, de leurs familles, mais aussi des collègues du milieu de la santé. Les journées passent vite, le travail est très diversifié et stimulant. On évolue toujours en équipe, on se sent soutenus par nos pairs. Comme employé du système de santé, on profite de la sécurité d’emploi, d’un bon régime de retraite et on est syndiqué. Parmi les aspects moins agréables, il y a les quarts de travail de soir et de nuit et le fait de côtoyer la détresse, la douleur et la mort.

8. QUELLES APTITUDES DEVRAIT-ON POSSÉDER POUR CHOISIR CETTE CARRIÈRE ?

Il faut avoir du sang-froid, savoir rester calme même dans les situations d’urgence. L’inhalothérapeute doit être consciencieux, vigilant et être un bon communicateur pour travailler avec le public et en équipe.

9. À QUELLE ÉCHELLE SALARIALE UN(E) INHALOTHÉRAPEUTE PEUT-IL S’ATTENDRE ?

Le salaire de base est de 21,22$ et grimpe à 38$ au dernier échelon. à cela s’ajoutent des primes pour les soins critiques et les quarts de nuit et de fin de semaine.

10. ET FINALEMENT, QUELLES SONT LES POSSIBILITÉS D’AVANCEMENT?

Il est possible d’être promue assistante-cheffe ou cheffe; l’inhalothérapeute a alors de tache de gestion et de supervision et davantage de travail le bureau. Il est également possible de changer d’échelon salarial en complétant un certificat en inhalothérapie à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) ou en complétant un baccalauréat en sciences de la santé.

Le domaine de la santé vous intéresse? Consultez aussi notre article intitulé Dix questions à...une technologue en imagerie médicale.

Partenaires et commanditaires majeurs

comQuebec comCanada comCnesst comHydroQc comCCQ comRBC