Jack Dupuis

Jack Dupuis

J’ai grandi dans un garage. C’est un endroit où je me sens bien. Mon grand-père et mon père sont mécaniciens. Ils m’ont appris les rudiments du métier, et encore aujourd’hui, j’apprends d’eux. Mon père est une grande source d’inspiration pour moi. Durant mon enfance, j’ai passé beaucoup de temps à travailler avec lui. Je posais beaucoup de questions (rires !); il a toujours pris le temps de m’expliquer et je crois que ça a fait la différence pour me rendre au niveau où je suis rendu aujourd’hui. Il a été mon meilleur professeur !

J’ai choisi d’aller vers un métier spécialisé, car je préfère bouger plutôt que d’être assis sur une chaise. Je suis quelqu’un de minutieux, de débrouillard et d’entreprenant. J’aime faire face à un problème et réussir à le régler. La mécanique s’est imposée naturellement dans mon parcours, car j’en suis fou. Même mes temps libres sont consacrés à la mécanique; actuellement, je remonte tranquillement un camion Dodge de 1954. Au Centre de formation professionnelle (CFP), des enseignants aussi passionnés que moi m’ont transmis leur expérience. J’ai fait le Diplôme d’études professionnelles (DEP), puis une Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en mécanique avancée.

Actuellement, je travaille dans le secteur minier; je passe 14 jours au Nunavut, puis j’ai 14 jours de congé à la maison, je vois du pays et c’est un horaire intéressant. Cela me laisse tout le temps nécessaire pour l’entraînement en vue des prochaines compétitions.

La mécanique de véhicules lourds est un secteur recherché et payant. C’est un métier que l’on peut exercer pendant de nombreuses années si on travaille de façon sécuritaire et qu’on fait attention à nous.

Après les Olympiades, je vais voir où le vent va me porter, mais je sais que je vais faire ce que j’aime, de la mécanique ! J’ai beaucoup de projets : démarrer ma propre entreprise d’unité mobile de mécanique diesel, enseigner.

J’ai entendu parler des compétitions provinciales à mon centre de formation et j’ai tout de suite voulu faire partie de l’aventure. Je suis quelqu’un de compétitif.

Les Olympiades ont été une expérience qui a changé ma vie : je me suis perfectionné dans mon métier, les compétitions m’ont mis au défi, j’ai appris à gérer mon stress, à travailler sous pression… J’y ai même trouvé mon emploi actuel !

Durant l’entraînement en vue des Olympiades québécoises et canadiennes, on mettait sans cesse mes capacités de raisonnement à l’épreuve afin de réaliser des suites logiques de procédures de diagnostics mécaniques, hydrauliques ou électriques. Mon entraîneur m’a appris que rien n’est joué tant que les médailles ne sont pas remises !

Partenaires et commanditaires

comQuebeccomCanadacomCnesstcomHydroQccomCCQcomSkills