Raoul Surprenant

Raoul Surprenant

J’ai choisi de me spécialiser en dessin industriel DAO, une branche de la technique en Génie mécanique, car je trouve qu’il n’y a rien de plus satisfaisant que de créer un produit virtuellement puis de le voir prendre vie dans le monde réel. Auparavant, en 5e secondaire, j’ai participé à une compétition de robotique et c’est là que j’ai découvert mon goût pour le génie mécanique. J’ai choisi le cégep de Saint-Laurent pour sa bonne réputation.

J’ai toujours été passionné par la période médiévale et je participe à des jeux de rôle « grandeur nature », un mélange de théâtre, de combat et de fantaisie, cela correspond à mon côté créatif. Mes plus grandes forces sont mon implication et mon efficacité. Lorsque j’entreprends un nouveau projet ou une tâche, je donne toujours mon 100 % et je planifie mon travail pour obtenir le meilleur résultat le plus rapidement possible. Je suis aussi minutieux et optimiste. Lorsque je travaille, je m’assure que chaque petit détail soit pris en compte et je vois toujours le bon côté des choses, surtout en ce qui concerne les technologies.

Les gens ne soupçonnent pas à quel point le dessin industriel fait partie de la société. Lorsque l’on regarde autour de nous, presque tous les objets que l’on voit ont, à un moment ou un autre, nécessité un technicien en génie mécanique dans leur fabrication.

Maintenant que j’ai terminé ma formation technique, j’entreprends la formation universitaire en génie mécanique que j’aimerais compléter avec une spécialisation en technologies spatiales, domaine où je souhaite faire carrière.

Ce qui m’a le plus marqué lors des Olympiades québécoises et canadiennes, c’est l’ampleur des évènements. Rencontrer autant de participants passionnés m’a vraiment fait sentir au bon endroit.

Stressantes comme excitantes, les Olympiades ont été ma première expérience de compétition. Lors des premières épreuves, le doute s’est installé en moi. J’ai eu de longues nuits avec peu de sommeil. Le plus grand défi a été de gérer mon stress. Paradoxalement, j’ai réalisé à quel point j’étais passionné par mon métier.

Ma famille a suivi les Olympiades avec fierté. Elle me supporte pour les prochaines compétitions et comprend que je m’absente pour de longues heures d’entraînement. Mon père m’a appris à me débrouiller par moi-même, ce qui m’a été très utile lors de la préparation pour les Olympiades. Mon conseil à un futur candidat? Entoure-toi des personnes les plus compétentes que tu peux, sans toutefois dépendre de qui que ce soit.

Les Olympiades en France et le Mondial des métiers représentent beaucoup pour moi, c’est l’opportunité ultime de me prouver à moi-même l’étendue de mes compétences. C’est l’expérience d’une vie, et je ne compte pas la laisser passer.

Partenaires et commanditaires

comQuebeccomCanadacomCnesstcomHydroQccomCCQcomSkills